Mardi 21 mars 2023
Lyon

8ème Colloque National Photovoltaïque

Photovoltaïque en France :
entre mythe et réalité
Inscrivez-vous dès maintenant

Colloque National Photovoltaïque

Photovoltaïque en France : entre mythe et réalité




Le Syndicat des énergies renouvelables, en partenariat avec BePOSITIVE, vous donne rendez-vous le mardi 21 mars 2023 pour la 8ème édition du Colloque National Photovoltaïque qui se tiendra à Eurexpo Lyon.

Cette nouvelle édition, qui se tiendra lors de la première journée du Salon BePOSITIVE, s’inscrira dans la perspective de la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie pour déterminer notre plan énergétique à 2030. Les enjeux d’accélération, de mobilisation du foncier, industriels, de coopération entre les acteurs seront notamment abordés lors de ce colloque.

Aujourd’hui plus que jamais, les énergies renouvelables s’imposent comme un puissant levier d’action face à l’urgence climatique, mais aussi comme investissement durable et un amortisseur de crises.

Le solaire photovoltaïque constitue l’une des composantes essentielles de la transition énergétique dans laquelle est engagé notre pays. Particulièrement bien répartie, la production d’électricité photovoltaïque est possible partout en France sur de multiples supports de différentes tailles : toitures, serres, parkings ou tout simplement au sol. Du fait de sa grande modularité et de sa pertinence économique, le photovoltaïque constitue une énergie de proximité, un outil de transition local, déclinable en une multitude d’applications dédiées.

Pourtant, les idées reçues sont nombreuses, tenaces et freinent le déploiement de projets, alors que les trajectoires actuelles de progression du parc montrent un rythme de raccordement des installations insuffisant pour atteindre les objectifs fixés.

La filière est encore jeune, elle est scrutée et parfois caricaturée. Cette situation invite à la poursuite des efforts collectifs en termes de pédagogie et de partage d’expériences. Cette édition du colloque national solaire photovoltaïque se propose de déconstruire les idées reçues pour poursuivre la construction de la filière solaire française.


ÉDITION 2023
Cette nouvelle édition s’articulera autour de 4 tables rondes :

  • TABLE RONDE 1 : Quelle perspective pour le solaire en France ? Quid de sa compétitivité ?
  • TABLE RONDE 2 : Est-il vraiment impossible de conjuguer photovoltaïque et biodiversité, forêt, paysages et patrimoine ?
  • TABLE RONDE 3 : Le solaire est-il une technologie risquée et immature qui échappe à la planification locale et qui n’offre aucune valeur ajoutée pour les territoires ?
  • TABLE RONDE 4 : La souveraineté industrielle de la filière : rêve ou réalité ?
« 2030 : cap vers une France solaire » : 300 participants réunis à Marseille pour le 7ème Colloque national Photovoltaïque du SER

La crise sanitaire qui bouleverse le monde depuis deux ans et plus récemment la guerre en Ukraine nous rappellent notre trop forte dépendance aux énergies fossiles. A ce jour et malgré l’avance de la France en matière de décarbonation du système électrique, 64 % de notre consommation énergétique repose encore sur des énergies fossiles. Comme l’a rappelé Agnès Panier-Runacher, ministre de la transition énergétique, lors du 7ème Colloque national Photovoltaïque organisé par le Syndicat des énergies renouvelables le 6 juillet dernier à Marseille, « il nous faut changer d’échelle dans le déploiement des énergies renouvelables et du photovoltaïque en France ».


Plus de 300 participants étaient réunis au Mucem à Marseille pour tenter de répondre à une question centrale : quel futur voulons-nous pour la filière photovoltaïque, comment le construire ? Et plus précisément, comment le solaire devra-t-il prendre sa place dans la planification énergétique et territoriale annoncée ?

Adaptation nécessaire de nos modèles économiques au contexte inédit de hausse des coûts et des taux d’intérêt, mesures pour répondre à l’urgence induite par ce contexte, innovations technologiques pour relancer l’industrie européenne et française, appropriation des projets solaires par les territoires, synergies avec l’agriculture, nouveaux usages et implication du consommateur : autant de sujets sur lesquels les débats entre près de 30 experts industriels et institutionnels de tous horizons ont montré le cap à suivre pour que d’ici 2030 la France soit placée à la hauteur de ses ambitions solaires.

Multiplier par dix la capacité installée de cette technologie en France, en une décennie, implique dès à présent de libérer toutes les énergies pour favoriser l’ensemble des dynamiques de développement de la filière. Le changement d’échelle doit être systémique et impliquer tout le monde et dans tous les territoires, du citoyen-consommateur aux acteurs économiques en passant par les collectivités locales ou encore l’Etat. C’est à ce prix que la France passera le cap pour répondre aux enjeux climatiques et énergétiques.


Pour Jean-Louis Bal, président du SER ‹‹ la filière solaire photovoltaïque a su démontrer depuis dix ans sa capacité technologique et économique pour devenir un pilier essentiel de la bifurcation énergétique que doit prendre notre pays pour répondre aux enjeux de ce siècle. Pourtant nous devons accélérer. Au-delà d’une stratégie long terme et d’objectifs ambitieux tendant à multiplier par dix la puissance solaire installée en France dans les prochaines années, nous attendons du gouvernement qu’il prenne très rapidement les mesures annoncées pour faire face à l’urgence liée à l’instabilité géopolitique actuelle ››.

Pour Xavier Daval, président de la Commission solaire du SER ‹‹ le potentiel et le dynamisme de la filière nous permettent d’être sereins quant à la place de premier plan qu’occupera la France dans le solaire photovoltaïque d’ici la fin de cette décennie. Nous n’avons pas le choix, il en va de notre survie écologique, industrielle. Le gouvernement s’est engagé à accompagner ce formidable mouvement, la filière l’a entendu et sera réceptive, déterminée et vigilante. A court terme, il convient d’agir vite maintenant. Nombre de projets subissent de plein fouet les bouleversements liés au contexte mondial marqué par l’instabilité des prix et des défauts d’approvisionnement. Nous attendons des mesures fortes et rapides pour débloquer ces projets ››.


Consulter les archives (vidéos, photos, présentations...) de l’édition 2022

Voir toutes les éditions passées

Rendez-vous le mardi 21 mars 2023
{dnn}

jours

{hnn}

heures

{mnn}

minutes

{snn}

secondes

Programme

MARDI 21 MARS 2023



9h30-10h15
Ouverture

Si la France avait respecté ses objectifs pour 2020, nous aurions aujourd’hui à notre disposition un volume d’énergie additionnel correspondant à 20% de la consommation industrielle de notre pays. Selon l’IRENA, le coût de l’énergie solaire photovoltaïque a baissé de 88% entre 2010 et 2021 pour atteindre 0,048 USD/kWh. D’ores et déjà compétitives, les solutions solaires sont là pour répondre à ces enjeux climatiques, d’indépendance énergétique, d’industrie locale, d’emplois, d’innovations technologiques et de nouveaux usages. Entre discours, annonces et réalité de terrain, la situation est profondément contrastée. Pourquoi les capacités installées sont-elles si éloignées des objectifs fixés par la loi ? Quels sont les verrous qui bloquent encore le développement d’une filière considérée comme l’un des piliers principaux de la transition énergétique française ? Comment fonctionnerait notre système électrique avec 100 GW de solaire en 2033 ? Quid des objectifs de la future PPE ? En quoi le solaire peut-il réellement contribuer à la sécurité énergétique du pays ?

Les centrales photovoltaïques au sol, notamment sur espaces naturels, agricoles et forestiers, sont accusées d’avoir des incidences négatives significatives, notamment sur la biodiversité et les sols, en modifiant les conditions d’accueil de la flore et de la faune sauvage et leurs corridors de migration. Les centrales PV sur bâtiment peuvent quant à elle être accusées de dénaturer le paysage et d’aller à l’encontre de la préservation du patrimoine. Ces griefs sont-ils fondés ? Quelles sont les nouvelles solutions d’intégration au paysage et comment l’innovation peut-elle se mettre au service de l’intégration ? Comment l’énergie solaire peut-elle soutenir au mieux la conservation de la nature et la biodiversité ? Quid des grandes centrales au sol et du photovoltaïque flottant ? Et l’agrivoltaïsme dans tout ça, on en parle ? Le solaire PV en France, tout miser sur les toitures et ombrières ?

14h30 – 16h00
Table Ronde 3 : Le solaire est-il une technologie risquée et immature qui échappe à la planification locale et qui n’offre aucune valeur ajoutée pour les territoires ?

L’appropriation des projets par les territoires est un enjeu clef de la transition énergétique. Ces projets sont généralement développés par des entreprises implantées localement et entretenant des relations souvent de longue date avec les acteurs locaux, les administrations et les élus, au bénéfice des populations et du tissu économique local. Dans la mesure où les installations solaires sont amenées à se développer encore plus à l’avenir et que la France s’engage vers une planification énergétique et territoriale, les enjeux d’appropriation de la filière photovoltaïque vont croître et prendre une nouvelle dimension. Avec les épisodes climatiques extrêmes voués à se multiplier, quel risque représentent réellement les installations photovoltaïques ? Les projets doivent-ils faire l’objet de règles plus strictes ou, au contraire, les blocages sont-ils fondés sur des idées reçues ? Quels sont les véritables risques et comment y faire face ? Comment mieux définir les prescriptions avec la filière PV ? DREAL, DDT, préfets, maires… : comment fluidifier le dialogue ? Focus sur les enjeux des plans de prévention du risque inondation : pourquoi une telle disparité sur les différents territoires ?

Pour éviter de tomber d’une dépendance énergétique aux fossiles à une autre dépendance, l’Europe et la France doivent mener de concert une politique industrielle ambitieuse. A l’image de l’Inflation Reduction Act aux Etats-Unis qui mobilise près de 300 milliards de dollars pour renforcer les industries « vertes », une véritable politique ambitieuse doit être menée en France. C’est en investissant dans son industrie photovoltaïque au stade de la fabrication (cellules, modules et composants électriques à faible empreinte carbone), de l’utilisation et du recyclage des panneaux que notre pays pourra maîtriser l’ensemble de la chaîne de valeur et ainsi reprendre la main sur ces maillons stratégiques pour notre souveraineté industrielle. Quid de la future Loi sur l’industrie verte, complément du programme France 2030 ? Comment construire une chaîne de valeur solaire exemplaire, transparente et durable ? La disponibilité des matières premières représente-t-elle un risque majeur ? Quelles pistes pour l’amélioration de l’écoconception et de l’étiquetage énergétique ? Quels sont les développements attendus en matière de recyclage et de circularité des produits solaires ? Quels leviers à activer pour favoriser l’emploi dans la filière PV et anticiper les métiers en tension ?

17h00
Conclusion

8ème Colloque National Photovoltaïque

Suivez le Colloque PV sur Twitter
#ColloquePV @ser_enr

Inscriptions

Votre PASS (eBillet) vous sera automatiquement envoyé à réception du paiement ou après la validation de votre inscription.
L’inscription au colloque est GRATUITE pour les parlementaires, les conseillers régionaux et généraux, les maires et adjoints au maire, le personnel des administrations centrales, des services déconcentrés de l’Etat, des conseils régionaux et généraux et des collectivités locales, les journalistes (sur présentation d’une carte de presse) dans la limite des places disponibles.
Merci d’adresser votre demande à l’adresse suivante : contact@ser-evenements.com



Adhérent du SER

Tarif
PASS JOURNÉE
150 € HT
180 € TTC

Cocktail déjeunatoire inclus
Tous types de paiement

Inscription
Non adhérent

Tarif
PASS JOURNÉE
250 € HT
300 € TTC

Cocktail déjeunatoire inclus
Tous types de paiement

Inscription

Participant : Téléchargez les CGV (pdf).
Pour toute demande, envoyez un email à contact@ser-evenements.com
Toute annulation doit être formulée par écrit (fax, courrier ou email : contact@ser-evenements.com), au moins 14 jours avant le début du Colloque.
Passé ce délai et conformément à l’article L 121-21-8 du Code de la Consommation, un montant forfaitaire de 100 % des droits d’inscription resterait dû.

Presse

PASS PRESSE
Gratuit

Un justificatif pour les membres d’un organe de presse est requis (carte de presse, accréditation officielle,…). Il est à envoyer au service communication

Inscription

Partenaires et sponsors



En partenariat avec :

Sponsor PLATINUM + :

Sponsors PLATINUM :

Sponsors GOLD :

Sponsors Gold PME/TPE

Sponsor SILVER :

La newsletter du SER

Inscrivez-vous pour recevoir nos informations.

Je comprends qu’en m’abonnant, je choisis explicitement de recevoir la newsletter et que je peux facilement et à tout moment me désinscrire en utilisant le lien envoyé dans l’email.

Rendez-vous

Mardi 21 mars 2023